Le couple curieux

Une longue lettre manuscrite est arrivée par la poste. Une petite écriture serrée m’expliquait l’objet de ce courrier et détaillait les pièces jointes. Le souhait de son auteur ainsi que de son épouse était de réaliser leur arbre généalogique qui viendrait compléter la biographie familiale, en cours de réalisation que leurs enfants leur avaient offert à l’occasion de leur cinquantième anniversaire de mariage.

Ils avaient été par ailleurs approchés par une étude de généalogistes successoraux en tant qu’héritier probable et identifié d’un lointain au cousin. Au final, un héritier plus proche dans l’ordre de descendance leur avait été préféré.

La question de leur arborescence familiale s’imposait de plus en plus à eux. N’étant pas familiarisé avec l’outil informatique, ne se sentant pas forcément l’envie de se lancer dans des recherches, ils faisaient donc appel à mes services pour répondre à leurs attentes.

Les semaines se sont écoulées au rythme des nouveaux ancêtres qui venaient rejoindre la belle galerie de portraits qui se reconstituait sous leurs yeux. Chaque étape franchie donnait lieu à un échange de courriers, toujours manuscrits de leur côté. Rien d’exceptionnel dans les découvertes, pas vraiment de personnalités saillantes ; des paysans pour la plupart, quelques artisans qui ont traversé l’histoire à leur rythme, profitant des avancées sociales et techniques de leur époque.

A l’occasion d’un passage à Paris, nous avons pu enfin nous rencontrer ; jusque-là, je connaissais mieux l’histoire de leurs ancêtres que le couple lui-même. Les joies de la généalogie…

De leur côté, ils se sont pris au jeu de la recherche. Les demandes se sont précisées et se sont concentrées sur des liens de parentés oubliés. L’occasion de l’échange des vœux en début d’année, leur ont donné envie connaitre avec exactitude la nature de leur liens avec les cousins éloignés, dont ils étaient proches et qu’ils avaient toujours connus mais dont le degré de parenté s’était perdus dans les méandres du temps.

Chaque cousin retrouvé et identifié, rattaché à la bonne branche s’est vu offrir par ce couple une copie de l’arbre et un compte rendu détaillé.

Ils ont aussi complété leurs connaissances historiques et géographiques, replaçant leurs ancêtres dans leur contexte, se renseignant sur les métiers exercés, sur l’histoire régionale et locale. Ils ont même entrepris un voyage sur la terre de leurs ancêtres, visitant églises, lieux-dits, cimetières.

La généalogie leur a ouvert un monde plus large, a poussé leur curiosité naturelle à se nourrir encore et encore, allant de découverte en découverte. Au-delà d’une filiation retrouvée, ils se sont ouverts à un monde plus grand, plus vaste.


 

Laisser un commentaire